mardi, 05 août 2008

Obama, un pur libéral-radical !

Les élections présidentielles françaises et américaines déchaînent les passions jusque dans nos bistrots genevois. Récemment, un ami m'a demandé : « comment peux-tu voter pour Daniel Zappelli, tout en admirant Barack Obama ? ».

J'avais envie de lui répondre : « parce que Barack Obama voterait sans doute pour Daniel Zappelli s'il était Genevois ».

Obama, un gauchiste ? C’est méconnaître la politique américaine d’attribuer une telle étiquette à celui qui réellement incarne la rupture avec l’ère Bush.

Aux Etats-Unis, l’axe gauche-droite est moins lié au rôle de l’Etat qu’aux valeurs morales que peuvent défendre les partis. Ainsi, ceux qui se battent pour ce qui est désormais acquis en Europe, soit l’abolition de la peine de mort, le droit à l’avortement ou la reconnaissance des couples homosexuels, sont regroupés sous l’adjectif « liberal », mot qui, en anglais américain, a une connotation aussi péjorative que « gauchiste » en français.

Certes, il existe une aile gauche au parti démocrate. Elle n’en demeure pas moins minoritaire, et surtout, incapable d’imposer un candidat rassembleur à l’élection présidentielle américaine.

Les démocrates sont aux Etats-Unis ce que les libéraux et les radicaux sont à la Suisse : des partis qui se caractérisent par leur pragmatisme. Si l’économie est naturellement au centre de leurs préoccupations, c’est aussi parce que la justice sociale et la protection de l’environnement, qui leur tiennent également à cœur, en dépendent.

Voter Obama, c’est peut-être « empêcher une troisième présidence Bush ».

Voter Obama, c’est probablement manifester sa volonté de changement.

Mais voter Obama, c’est surtout adhérer aux valeurs libérales-radicales !

Commentaires

Ca peut se défendre. Je pense qu'Obama est un radical au sens du terme ancien, les Radicaux de 1848, de centre-gauche. Et certainement pas du libéral de droite d'aujourd'hui à Genève. Par contre, Obama ne soutiendrait très certainement pas l'initiative des JLRS concernant la limitation de droit de recours. Car s'il est peut-être "radical" à l'ancienne sauce, il est bien plus vert en ce qui concerne l'environnement que les Radicaux. Je ne parle pas des Libéraux pour qui, le pacte écologique n'était qu'un petit goddie électoral. Il suffit de lire le programme des Libéraux de 2001, ou ils s'affirmaient "vert tant que cela n'entrave pas la compétitivité du marché: 3è voie autoroute, aucune politique verte préservant réellement l'environnement. La complexité des termes et des traductions du français en anglais (et même en allemand - on le voit, les Radicaux alémaniques ne veulent pas de "pléonasmes" libéraux-freisinnig) est très révélatrice. Les libéraux américains seraient des gauchistes et les radicaux américains seraient des ultra-gauchistes. Le parti Libéral-Radical serait donc un parti ultra-ultra-gauchiste aux USA, si on ne traduisait que les termes et non l'esprit de l'adjectif. C'est donc un post intéressant, mais totalement... non révélateur. Obama? Un radical-libéral? Un social-libéral plutôt. Qui ici signifie la droite... de la gauche. Mais dans tous les cas, pas la gauche de la droite. Parole d'un jeune de la 5è Suisse, militant au Parti Radical... de Gauche (PRG) - http://www.planeteradicale.org ;-)

Bonne chance pour l'élection à la Constituante.

Écrit par : ngagnebin | lundi, 01 septembre 2008

Les commentaires sont fermés.