mercredi, 06 août 2008

Adopter un frein constitutionnel à l'endettement

Aujourd’hui, la dette du canton de Genève, cumulée avec celle des communes, dépasse largement la somme astronomique de vingt milliards de francs suisses (CHF 20'000'000'000.-).

Les générations futures ne sauraient être tenues de réparer les pots cassés résultant de cet état de fait alarmant.

Lorsque certaines banques font des pertes collossales, elles se font conspuer sans autre forme de procès. En revanche, s'agissant des deniers publics, personne n'ose critiquer avec la même véhémence la gestion catastrophique des finances de l'Etat de ces vingt dernières années.

Certes, des progrès significatifs ont été accomplis au cours de la législature actuelle. Néanmoins, il faudra plusieurs décennies pour revenir à l'équilibre et rembourser la dette publique.

Genève doit prendre conscience d'une réalité : l'Etat n'est pas une entreprise, mais l'Etat doit être géré comme une entreprise. Cela est dans l'intérêt de tous les contribuables.

C'est pourquoi, à l’instar de la Confédération, Genève doit impérativement se doter d’un frein à l’endettement. Ni le canton, ni une commune ne devraient pouvoir voter un budget déficitaire : le montant total des dépenses ne doit jamais excéder celui des recettes.

Il est temps d'inscrire ce principe fondamental dans la future constitution genevoise.

Commentaires

St Gall a inscrit dans sa constitution un article empêchant un dépassement du budget cantonal depuis quelques années et cela fonctionne bien... Genève la dépensière peut faire pareil, elle commencera pas"merger" le Canton et la Ville, pour économiser et surtout optimiser le bon fonctionnement de l'Etat.

Écrit par : demain | mercredi, 06 août 2008

Ayant discuté de ce point prècis, à faire inscrire dans la future Constitution, avec une membre d' ATTAC...je me suis rendu compte, que jamais, elle ne verra le jour...
Pourtant, c'est une question de bon sens.
Pourquoi y-a-t-il une loi, pour les gens, les privés, qui empêche de dépasser un certain seuil d'endettement et rien, absolument rien, pour les états ?

Il est facile de critiquer la manière de vivre des américains et de leur gouvernement, mais jamais, on l'adopterait à soi...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | mercredi, 06 août 2008

Bonjour,

La seule façon de mettre un frein à la dette, c'est d'arrêter de baisser les impôts aux plus fortunés de ce canton. Et aussi arrêter la politique de 0.- francs d'impôts aux grandes entreprises pendant leur 5 premières années.

Écrit par : msqma | mercredi, 06 août 2008

"Pourquoi y-a-t-il une loi, pour les gens, les privés, qui empêche de dépasser un certain seuil d'endettement et rien, absolument rien, pour les états ?"

Si vous aviez fait un tant soit peu d'étude en économie, vous sauriez qu'un Etat n'est pas un agent économique comme un autre et que dans une certaine mesure il ne peut faire faillite.

D'ailleur la dette est un vaste sujet, et la regarder avec la grille de lecture néolibérale c'est se doter d'oeillères contre-productive.

D'ailleur, pour rebondir sur ce que dit un autre intervenant, réclamer un "zéro dette" et en même temps s'évertuer à réduire les ressources de l'Etat en baissant les impôts (des plus riches) comme le fond les partis bourgeois suisses, c'est profondément pervers.

Écrit par : Dji | mercredi, 06 août 2008

Dji, les attaques à la personne continuent.
Le Valais a 2 francs de dettes, par habitant (non pas par électeur).
Genève, en a 40'000 francs de dettes par habitant.
Une réalité, que personne, encore moins vous, avec tous vos diplômes en économie, ne pourrait jamais changer.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | mercredi, 06 août 2008

un Etat ne se gère comme le carnet du lait. Il va de soi que pour ce qui concerne les infrastructures elles ne se paient jamais cash mais sur 20, 30 ou 50 ans, et les emprunts sont plus que normaux pour autant que nous n'ayons pas de dette de fonctionnement ce qui renchérirait de manière dramatique les intérêts que nous devons verser. De plus je vous rappelle que c'est justement le rôle des Banques centrales que d'aider les collectivités à réaliser ces infrastructures nécessaires à la population d'aujourd'hui certes mais aussi et surtout de demain.

Donc ce ne sont pas seulement des dettes que nous léguons à nos enfants mais aussi des routes, des hôpitaux, des crèches, des réseaux d'eau, d'électricité, des immeubles etc.... Et comme nous l'avons fait avec les réalisations de nos aînés ils payeront les notre quoi de plus juste ?

Le zéro endettement d'Etat serait le meilleur symptôme de sa stagnation est ce que vous voulez ? Que rien de nouveau ne se construise à moins bien entendu que pensiez que les privés peuvent le faire et dans ce cas je vous renvoie au modèle américain... Le moins que l'on puisse en dire est que ça ne fonctionne pas enfin pas pour tout le monde et la démocratie c'est aussi l'égalité devant les services au public.

Tiger Lilly

Écrit par : Tiger Lilly | mercredi, 06 août 2008

Victor : "Dji, les attaques à la personne continuent."

Où ça ? Cite-les moi ces "attaques à la personne" ...

Écrit par : Dji | mercredi, 06 août 2008

"""Si vous aviez fait un tant soit peu d'étude en économie, vous sauriez qu'un Etat n'est pas un agent économique comme un autre et que dans une certaine mesure il ne peut faire faillite."""

Je suis un con fini, puis c'est tout...
Vous confondez véritablement un souhait, un voeux, avec une expérience...

Pourtant, vous êtes un des fervents critiques des USA, notamment pour leur dette...
Genève, doit-elle aller dans le même sens; droit dans le mur ?
Avec tous ce que cela comporte...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | mercredi, 06 août 2008

Ahaha Victor, ce vous englobait les autres, tu devrais savoir que si je devais m'adresser à toi pour une attaque personnelle, j'utiliserais le "tu".

Sinon, je vois pas en quoi c'est une attaque personnelle de supposer - en lisant leur écrits - que certaines personnes n'ont pas fait d'études en économie ...

Ensuite, tu t'aventures sur un terrain glissant en voulant comparer les dettes des USA et celle de l'Etat de Genève ... ce dernier ne peux pas jouer sur la dévalorisation de la monnaie qu'il emprunte ... contrairement aux USA.

Mais bon, comparer des pommes et des poires, c'est le lot quotidient de sophistes !

Écrit par : Dji | mercredi, 06 août 2008

Dette américaine, dette genevoise...pommes et poires ?
Dette publique et dette privée...pommes et poires ?

Je comprends mieux, pourquoi le budget de l'état est si mal géré...on y a mis des dimplômés en économie...
Économie, économie...mais de quoi ?

Vous avez un enfant, selon vos commentaires...voulez-vous vraiment qu'il soit débiteur, avant même de venir au monde ?

Permettez moi, d'avoir un avis différent, s'il vous plaît !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | mercredi, 06 août 2008

Les commentaires sont fermés.