mardi, 14 octobre 2008

Idée n° 2 : Garantir la neutralité politique des méthodes pédagogiques

À Genève, l'école publique obligatoire est gratuite et laïque. Habituellement, cette laïcité fait référence à la neutralité confessionnelle de l'Etat. Or, ce n'est pas seulement sur le plan religieux que la neutralité de l'instruction publique a pu être mise en péril dans le passé.

En effet, la récente tentative de supprimer les notes à l'école et le nivellement par le bas qui en découlait relèvent d'une idéologie politique clairement teintée, et qui n'a pas à être imposée à nos enfants. Si les Genevois et les Genevoises ont choisi de refuser ces réformes dangeureuses pour les générations futures, c'est au prix d'une courageuse initiative populaire dont certaines autorités ont délibérément cherché à retarder le moment de la votation.

Il est donc indispensable, afin de renforcer l'école publique obligatoire pour les générations à venir, d'inscrire dans la future nouvelle Constitution genevoise la garantie de la neutralité aussi bien confessionnelle que politique des méthodes pédagogiques.

 

Commentaires

Excellent article sur la neutralité idéologique de l'école! Vous remarquerez qu'elle est violée par les pratiques de CB... qui n'en a eu que faire alors qu'elle a été demandée par la vox populi et de nombreux travaux.

Candidate àa la Constituante -liste N° 9-

Écrit par : Micheline Pace | mardi, 14 octobre 2008

BIEN DIT!!!!!!!!!!!

Écrit par : légensontétranges | mardi, 14 octobre 2008

Entièrement d’accord avec vous sur le sujet de la laïcité à l’école.
Par contre, je me dois d’intervenir sur le commentaire de Mme Pace qui, encore une fois, intervient à tort et à travers comme elle le fait sur de nombreux blogs, le sien y compris, usant de toutes les ficelles.
Dieu sait combien je suis opposé à bien des décisions que prends Monsieur Charles Beer (nomination des 93 directeurs d’établissement, absence de mesures d’accompagnement sérieuses, formation des enseignants, etc)mais en ce qui concerne l’IN 121 « Pour le maintien des notes à l’école primaire » je me dois de rétablir la vérité.
En tant qu’initiant et en ayant largement collaboré à la rédaction du nouveau règlement de l’enseignement primaire qui a découlé de la votation je dois rendre justice, sur ce point là, au conseiller d’Etat en charge du DIP. L’initiative, contrairement à ce qu’avance certains, ne demandait rien de plus qu’une évaluation chiffrée, certificative et annuelle. Monsieur Beer, au pied du mur de 76 mètres de haut, a parfaitement joué le jeu en mettant en place une telle évaluation dès la rentrée scolaire 2007 tout en respectant l’esprit de l’IN puisqu’il a admis la pratique des moyennes ce que l’IN ne demandait pas dans sa lettre.
Toutes les autres prétentions en rapport avec l’initiative 121 sont du ressort du fantasme ou de la mauvaise foi.
André Duval

Écrit par : Duval André | mardi, 14 octobre 2008

Je maintiens que la pédagogie doit être débarrassée de ses oripeaux idéologiques tout comme la justice doit être dépolitisée. M. Duval, vous n'avez pas le monopole de l'intelligence des questions scolaires. Votre attaque injustifiée à mon égard marque un manque de respect élémentaire! Aussi, ne m'abaisserai-je pas à des propos de caniveau.

M. Murat, vous avez bien raison de le rappeler, d'autant plus que des "méthodes pédagogiques" efficaces et reconnues par l'UNESCO sont jugées de "politiquement incorrect" par le DIP.

Bien à vous!

Écrit par : Micheline Pace | mardi, 14 octobre 2008

Adhésion totale à votre article sur la laïcité à l'école.
L'attaque de ce Monsieur Duval à l'encontre de Madame Micheline Pace ressemble fort à un règlement de compte. Aurait-il une animosité personnelle ?
Pour suivre depuis quelques temps avec intérêt la prose de cette dame, j'en apprécie la plume bien affutée et son caractère critique sans trouver ses interventions "à tort et à travers" comme le dénonce ce commentateur...

François Thevenet

Écrit par : François Thevenet | mardi, 14 octobre 2008

Les commentaires sont fermés.