samedi, 18 octobre 2008

Idée n° 6 : Réaffirmer la liberté individuelle du choix des modes de transport

La rue de Lausanne est un parfait exemple d'aménagement urbain absurde et incompréhensible.

En direction de la sortie de la Ville, on trouve un trottoir, une voie pour les automobiles, et une voie pour le tram. Rien de plus normal. En revanche, en sens inverse, c'est-à-dire en direction de la Gare Cornavin et du centre-ville, le trottoir est deux fois plus large qu'une route, et les automobilistes doivent partager leur voie avec le tram, ce qui n'est pas sans ralentir l'un et l'autre de ces deux modes de transport.

Or, même la Constitution actuelle, dont on a assez souligné les défauts, consacre la liberté individuelle du choix du mode de tranport et le principe de complémentarité entre les différents modes de transports. Force est de constater que nos autorités, notamment municipales, se contre-fichent de la volonté populaire et continuent de saisir le moindre chantier comme une occasion de supprimer des routes et des places de parc.

Il est donc fondamental de réaffirmer la liberté individuelle du choix des modes de transport et le principe de complémentarité des modes de transport dans la future nouvelle Constitution genevoise.

Commentaires

Tout à fait d'accord avec la liberté du mode de choix de transport. Cela implique donc qu'on créée les conditions pour qu'il y ait aussi la possibilité de rouler à vélo, de prendre le tram ou d'aller à pied dans n'importe quel endroit de la ville. Parce que le libre choix du mode de transport implique qu'on puisse utiliser n'importe quel type de transport.

Aujourd'hui, lorsque je circule à vélo, dans la plupart des rues, je suis marginalisé, mis de côté, mis en danger (accident, respiration suffocante à cause des gaz d'échappement). Je suis donc découragé de prendre mon vélo et je me rabats sur d'autres modes, parfois plus nuisibles pour la collectivité.

La liberté du mode de choix de transport c'est assurer la possibilité, dans toutes les rues, de circuler à vélo, d'avoir des transports publics en site propre, des trottoirs pour marcher, et une voie de voiture dans chaque sens.

Dans la réalité aujourd'hui, il y a d'immenses tronçons au centre-ville qui sont complètement vierges de pistes cyclables (de Cornavin à Uni-Mail en passant par la Coulouvrenière, par exemple) ou alors où les pistes cyclables ne sont pas continues (ou trop dangereuses).

Je pense donc que, dans la logique du "libre choix", vous êtes favorable à la construction d'une piste cyclable sécurisée et continue dans les deux sens de la Plaine de Plainpalais et sur le pont de la Coulouvrenière, jusqu'à la gare.

Cela implique forcément de rogner sur l'espace disponible pour les voitures. Mais comme elles ont déjà 2 ou 3 voies dans chaque sens sur cet axe, cela ne posera aucun problème. Elles auront toujours le "libre choix" de circuler.

Je suis donc pour appliquer la méthode utilisée à la route des Acacias sur tous les axes principaux du canton : dans chaque sens une voie de voitures, une voie cyclable sûre et continue, un site propre intégral TPG et un trottoir sécurisé.

Là, on aura une vraie égalité de traitement entre voitures et autres modes de transport, et donc un véritable choix pour les usagers. Libre à vous ensuite d'utiliser tout seul un véhicule prévu pour 5 personnes. Mais il faudra pas vous étonner que ça coince quelque part.

Écrit par : Sandro Minimo | samedi, 18 octobre 2008

Les commentaires sont fermés.