lundi, 15 août 2011

Le soldat au service de la Patrie, l'Etat au service du citoyen

Au XXIème siècle, si le soldat doit demeurer au service de la Patrie, l'Etat doit lui se mettre au service du citoyen. Depuis toujours, le PLR défend la vision d'un Etat moderne, c'est-à-dire une administration qui ne traite pas les gens comme des administrés ou du bétail, mais bien comme des clients et des usagers qui paient pour un service par le biais des impôts.

Trouvez-vous normal que dans certains cantons il faille remplir plusieurs dizaines de formulaires pour ouvrir un restaurant et payer tout autant de taxes? Trouvez-vous normal que l'administration fédérale ait osé envisager une loi sur la manière dont les grands-parents et les oncles et tantes doivent garder leurs petits-enfants, respectivement leurs neveux et nièces ? Trouvez-vous normal de consacrer des heures et des heures à remplir votre déclaration d'impôts ? Trouvez-vous normal que l'administration ne soit pas joignable comme toute entreprise, soit tous les jours de semaine de 08:00 à 12:00 et de 14:00 à 18:00 ? Enfin, trouvez-vous normal que les salariés de l'Etat disposent de privilèges par rapport à celles et ceux qui travaillent dans le secteur privé ?

Pour les libéraux-radicaux, ces choses-là n'ont rien de normal et nous voulons que cela change. C'est pourquoi nous avons lancé une initiative populaire contre la bureaucratie. Nous voulons que l'Etat se comporte de manière responsable, comme une entreprise. Nous voulons que l'Etat traite les gens avec considération. Nous voulons que les démarches administratives, tant pour les particuliers que pour les entreprises, soient réduites au strict nécessaire et toutes accessibles par voie électronique. Nous voulons une fiscalité favorable aux familles ainsi qu'aux entreprises qui créent des emplois et des places d'apprentissage. Nous voulons une déclaration d'impôts qui tienne sur une seule feuille au format A4. Nous voulons que les salariés du secteur public et du secteur privé soient mis sur un pied d'égalité en abolissant le statut de fonctionnaire, à l'exception des métiers qui sont au coeur de l'action de l'Etat et qui impliquent des compétences spéciales, tels que les enseignants, les professionnels de la santé et les policiers.

En d'autres termes, ce que nous voulons, c'est que l'Etat entre enfin dans le XXIème siècle.

 

Commentaires

Et nous, nous voulons des politiciens qui arretent de nous prendre pour des c*ns et qui soient à NOTRE service (c'est pour ca qu'on les élit) et non à leu propre serivce ou à celui de leur copains.

Plein de questions que vous nous posez (loin d'être inintéressante ceci dit), mais... et vous?

Trouvez-vous normal que votre chère conseillère d'Etat Mme Rochat ait la malhonneté de déclarer le plus sérieusement du monde à la TV qu'il n'y a pas d'insécurité et que ce sont les médias qui diffusent ce "sentiment" (c'est pas le crédo de la gauche ca ? le "sentiment d'insécurité")..., au lieu de se remettre en question et d'assumer son incapacité à gérer le problème et de facto son Département ?
(sans parler des autres conseillers d'etat de droite qui n'ont pas eu ce qu'il fallait entre les jambes pour reprendre ce département lors des dernières élections et ont préféré pathétiquement refiler al patate chaude à la "nouvelle").

Et je vous poserai meme pas la question sur le joli 7pce à prix plus qu'abordable qu'un autre de vos conseiller d'etat a obtenu, alors qu'il serait financièrement accessible à des familles bien moins aisées mais capable de payer rubis sur l'ongle le loyer chaque mois (et qui en ont bien plus besoin que lui...) bonjour l'ethique, bonjour "l'exemple"... Je suppose que vous trouvez ca tout à fait normal aussi ?

Écrit par : mouais | lundi, 15 août 2011

Une question pourrait être posée non sans adhérer à ce qui vient d'être exprimé dans les commentaires précédents à savoir les politiciens sont- ils conscients des mots utilisés lors de leurs discours on est de plus en plus nombreux à se demander s'ils oublient qu'ils parlent à un monde d'adultes et non à des classes enfantines,qu'ils cessent d'infantiliser le peuple,la première chose qui nous fut enseignée dans les écoles de soin c'est de respecter l'humain en face de soi et le traiter avec déférence sans vouloir le rendre ridicule par des mots ou phrases toute faites ou répétées par d'autres mais arrangées à la mode du jour,les politiciens masculins ou féminines feraient bien d'en prendre de la graine.quand aux employés d'admnistration c'est à se demander s'ils sont payés pour discuter avec un ordinateur sans se soucier le moins du monde d'orienter celui ou celle qui aurait besoin de leurs conseils de qui se moque t-'on dans ce pays,ah mais oui le fameux socialisme au service de tous on serait presque tenté de répondre par une phrase méchante que je tairai pas pure politesse mais n'en pensant pas moins comme des centaines de Suisses ayant compris le but du socialisme helvétique qui désormais voteront pour un autre parti quitte à voter pour l'UDC de fait en se croyant invulnérable les socialistes et s'associant avec des écologistes ou pseudo écolos les socialistes se sont mis un auto-goal!

Écrit par : lovsmeralda | lundi, 15 août 2011

Dis donc, vous en avez des soucis au PLR ! Juste carrément déconnecté des préoccupation des petites gens ... vous savez, ceux qui gagnent honêtement leur vie, c.a.d pas au services des banques, des assurances maladies et des milieux immobiliers.

Écrit par : djinius | lundi, 15 août 2011

Dites donc, djinius, vous sous-entendez que les gens qui travaillent dans les banques, les caisses d'assurance-maladie et les agence immobilières gagnent leur vie de manière malhonnête ?

Écrit par : Murat Julian Alder | lundi, 15 août 2011

"les salariés de l'Etat disposent de privilèges...." Le jour où les fonctionnaires comprendront que, sans les travailleurs du privé, ils n'auraient pas de salaires, il y aura déjà un progrès ! De plus, leurs retraites sont payées au 2/3 par l'Etat, c'est à dire par celles et ceux qui bossent dans le privé, le 3ème tiers étant pris sur leurs salaires qui sortent également des poches des employés du privé puisque les fonctionnaires ne sont pas productifs. Pour leurs impôts, c'est pareil. Dans le fond, les fonctionnaires (dont nous avons besoin mais pas en si grand nombre) sont des assistés à vie ! (je sens que je vais me faire des copains !!)

Écrit par : octave vairgebel | lundi, 15 août 2011

Oui, quand on travaille au sein d'entreprises qui agissent contre l'intérêt du plus grand nombre dans une société, c'est un choix de vie qui conduit à gagner sa vie de façon malhonnête.

Vous savez, le gérant de fortune qui parle optimisation fiscale ou qui ferme les yeux sur les origines troubles de certains fonds ... ou cet employé de régie qui applique les consignes de propriétaires verreux qui leur demande de maximiser les rendements, même si ça demande quelques entorse à l'éthique de la branche ou au code des obligations.

Oui, il s'agit de choix, je me demande comment un banquier privé ou un avocat d'affaire du PLR peut se regarder dans un miroir sans se précipiter aux toilettes pour vômir. Le plus drôle, c'est de m'imaginer l'entendre faire la morale à ses enfants lui expliquant qu'il faut prêter ses jouets aux autres enfants car le retour sur investissement peut s'avérer positif.

Écrit par : djinius | lundi, 15 août 2011

djinius, par les impôts qu'ils paient, le banquier privé et l'avocat d'affaires agissent dans l'intérêt du plus grand nombre. Il n'y a rien de plus honnête.

Pourquoi cette haine des riches ? Pourquoi ériger toutes les personnes de ces professions en margoulins ? Pourquoi ces généralités ?

Écrit par : Murat Julian Alder | mardi, 16 août 2011

Bonjour,

Cette multiplication de normes et de régulation ne résultent pas d'une simple lubie de l'état, mais constituent une réponse de ce dernier à une mentalité de plus en plus répandue dans la population qui exige de pouvoir vivre son quotidien sans le moindre risque. Si un entrepreneur désirant ouvrir un restaurant doit se coltiner des dizaines de formulaires, s'acquitter de multiples taxes et se soumettre à toutes sortes de contrôles, c'est parce qu'au moindre incident, on estimera que celui-ci n'avait pas les compétences nécessaires et que l'état n'aurait jamais dû lui confier une licence de restauration. Même chose pour ce qui est de la garde des enfants par les membres "aînés" de la famille (grand-parents, oncles, tantes, cousins, etc.). Si l'état n'est pas en mesure de garantir que ceux-ci sont bien formés, au moindre problème, on accusera d'abord la personne concernée, puis l'état, qui aurait dû imposer une formation appropriée. De manière générale, on exige de plus en plus que les gens soient des experts dans chaque domaine d'activités et que cette expertise soit sanctionnée par l'état, parce que l'état est considéré comme le principal responsable de ce qui ne va pas bien dans la société. Et cela, que les gens soient positionnés à droite ou à gauche sur l'échiquier politique. En effet, à gauche les gens considèrent que l'état doit leur assurer jobs, logements et bonne qualité de produits et de services, publiques et privés, tandis qu'à droite, les gens estiment que l'état doit leur garantir une sécurité infaillible, aussi bien dans l'espace public que dans les lieux privés. Même au prix de certaines libertés fondamentales, dans les deux cas. Réduire drastiquement la bureaucratie ne mènera qu'à la gabegie au sein de l'état, si, en même temps, on ne réduit pas l'étendu des missions d'encadrement généralisé que nos sociétés attendent de l'état! Et là, je doute beaucoup que les gens soient prêts à le faire....Que voulez-vous, nous aimons notre petit confort! ;-)

Écrit par : Ariadne | mardi, 16 août 2011

Ce qui est drôle, c'est que toute cette paperasse administrative est demandée essentiellement par des entreprises du secteur privé, comme les assurances, les avocats, etc., à savoir les clients du...PLR !
Quand le serpent se mord la queue...

Écrit par : Bob Pahud | samedi, 27 août 2011

Les commentaires sont fermés.