jeudi, 01 mars 2012

Reconstuire le Conseil d'Etat

Le 17 juin 2012, les Genevoises et les Genevois seront appelés à élire un nouveau membre du Conseil d'Etat en remplacement de Mark Muller.

D'aucuns imaginent que ce vote est une simple élection complémentaire. Il n'en est rien.

En réalité, l'affaire qui a agité le microcosme politico-médiatique genevois au cours des deux premiers mois de l'année 2012 a mis en évidence un grave problème de gouvernance.

Comme j'ai déjà eu l'occasion de le relever, la décision d'envoyer un "expert" guigner dans l'accord passé entre Mark Muller et "le barman" est juridiquement et politiquement infondée.

Le Conseil d'Etat, à l'instar des autres gouvernements cantonaux et du Conseil fédéral, est sensé être une autorité collégiale. Et dans le mot "collégialité", il y a le mot "solidarité".

Le moins qu'on puisse dire, c'est que cette solidarité gouvernementale a été mise à mal à plusieurs reprises durant la présente législature. Au détriment de Mark Muller, mais aussi d'Isabel Rochat et de Michèle Künzler.

Or, un gouvernement qui n'est pas solidaire ne peut pas gouverner efficacement, que ce soit dans un système avec une majorité et une opposition ou dans un système collégial.

Dès lors, il apparaît plus que jamais nécessaire qu'une personnalité crédible, expérimentée et fidèle aux institutions et à leur fonctionnement succède à Mark Muller.

Hélas, à ce jour, alors que chez les uns, le seul critère décisif semble être le genre, chez les autres, on n'hésite pas à présenter un candidat qui brille par son incapacité à contenir ses émotions.

Aujourd'hui, Genève a besoin d'une personne susceptible de s'intégrer pleinement dans l'équipe gouvernementale, et non pas d'une diva ou d'un provocateur.

Commentaires

Politiquement infondée. Nous aurons tout entendu avec le parti des MDR !

Écrit par : Grégoire Barbey | jeudi, 01 mars 2012

Mais comment peut-on accuser le Conseil d'Etat d'avoir lâché MM?!?

Le Conseil d'Etat l'a fortement soutenu au début de cette affaire jusqu'au moment où il devenait évident qu'il mentait tout simplement, fournissant des versions divergentes aux uns et aux autres.

Pourtant ASSERMENTE, comme tout Conseiller d'Etat, MM s'est parjuré. Le Conseil d'Etat ne pouvait plus le soutenir.

Je n'arrive pas à comprends comment vous, M. Eggly, M. Décaillet et tant d'autre arrivez à retourner la situation, jusqu'à devenir complice du sujet de ces évènements. Saurez-vous m'expliquer?

Écrit par : Ozo Pingu | jeudi, 01 mars 2012

Pour former une équipe, il faut un leader, si possible charismatique, qui a la volonté de s'engager pleinement. Pour trouver cette icône, il faut faire envie et il faut de solides arguments afin d'attirer le personnage qui se sait partir au feu !
En l'état, ce don de soi pour cette fonction lourde ne saurait appartenir aux seuls épouvantails aux égos démesurés qui peuples nos salons et autres lieux de débats de notre république.
L'état actuel des lieux n'incite pas à la forfanterie, bien au contraire !
Existe-t-il un "patron" disposé à prendre des coups dans les meilleurs délais pour un modeste revenu et bien peu d'avantage ?
Et si ce personnage ne venait simplement pas ou plus de Genève ! Mais qu'il pouvait prendre studio rapidement et fédérer autour de lui comme un vrai manager sait le faire et surtout taper sur les doigts des récalcitrants au bon moment.
Etre capable de répartir les dicastère non pas comme des "jouets" mais comme de vraies entreprises !
Nos amis d'outre-sarine nous comparent à la Grèce et bien soit, nous ne sommes pas une tragédie de plus ou de moins !
Alors osons ! et aux politiques, osez !!!

Écrit par : tempestlulu | jeudi, 01 mars 2012

Mais, mais, mais, mais, mais... mais quelle bonne idée Lulu ! On pourrait demander à Christoph, ou bien à Marine? Pourquoi pas à Nicolas, il va avoir du temps devant lui, en mai...
Non mais, franchement, quand on voit ç'qu'on voit et qu'on entend ç'qu'on entend...

Écrit par : Mme Von Allmen | jeudi, 01 mars 2012

Je partage l'avis ci-dessus. Aujourd'hui, notre république a besoin d'une personalité forte, à l'attitude posée, inspirant confiance et sérénité aux 106 autres et au peuple. Mais pas un manager qui suit et contrôle les normes, un patron qui sache taper du poing sur la table si il le faut. Un patron qui gouverne pleinement, qui prenne des risques, qui soit visionnaire¨,même au risque de faire des erreurs, on en est plus à cela près.
Et puis il faudrait une possibilité légale pour destituer du CE et du GC les élus qui faillissent à leurs devoirs ou à leur comportement, comme c'est le cas dans toute boîte privée qu'ils prennent , à droite, pour modèle !
POST CAOS SERENIS

Écrit par : AthenaXiii | jeudi, 01 mars 2012

@mme Von Allmen et @ AthenaXiii
Merci pour la magnifique confirmation que le futur élu aura du travail et qu'il ne devrait pas venir de Genève à vous entendre!
Pour le chaos, c'est tout bon on est dedans, mais à vous lire, je n'ai pas le sentiment que vous avez réalisé le problème.
On va arrêter de faire mumuse et commencer à bosser comme les suisses-allemand le demande !
Sans rire, il est où selon vous, le ou la candidat/e idéal/e actuellement à Genève ?
Je peux vivre avec les retransmissions de léman Bleu et du GC encore quelques temps, mais franchement vous attendez le Messie comme par enchantement ?
Ouvrez les yeux, demander du management n'est pas semblable à exiger une forme de diktat !
Vous proposez quoi d'autre...
Travailler pour la collectivité est-il de nos jours encore possible ?
J'en doute à vous lire ! Mais j'apprécie le débat de fond !

Écrit par : tempestlulu | jeudi, 01 mars 2012

Les commentaires sont fermés.