lundi, 23 septembre 2013

SIG est trop important pour que l'on s'en serve à des fins électoralistes

Dans un article paru sur son blog le 12 septembre 2013, Monsieur François Velen, secrétaire général de l'UDC, met en cause le Conseiller d'Etat Pierre Maudet en suite de la démission du directeur général des SIG.

Cet article comportant plusieurs propos infondés, j'ai tenté, à deux reprises, de publier un commentaire en guise de réponse, hélas en vain.

Je me vois donc contraint de publier ladite réponse sur mon blog :

La simple lecture du communiqué de presse des SIG permet de se rendre compte des absurdités que vous écrivez.

Tout d’abord, la Cour des comptes n'a pas fait état de risques à hauteur de 50 millions au travers d'audits. Elle n'a rien à voir avec ce dossier, c'est le Président (PLR) du Conseil qui a demandé le premier audit, puis Pierre Maudet, magistrat de tutelle (PLR) qui a demandé le second. Le conseil d'administration (où sont représentés tous les partis au Grand Conseil) a demandé les deux autres, l'un sur les aspects techniques, l'autre sur les aspects financiers. Le montant à risque est de 46 millions, et non 50.

On ne peut que se féliciter du fait que les instances de contrôle et de haute surveillance ont fonctionné, puisque les problèmes ont été identifiés, puis examinés et des mesures ont été prises. M. Hurter est parti parce qu'en tant que directeur général, il a estimé être responsable. Le Conseil d'administration a accepté sa démission, et a décidé de mener une enquête administrative sur deux autres cadres pour comprendre ce qui s'est passé.

Les premiers audits ayant été lancés il y a plus de huit mois, c'est également la preuve que le Conseil d'administration a su travailler sereinement, sans fuites, sans déclarations tonitruantes dans les médias, sans que cela n'empêche de prendre les mesures adéquates.

Comme vous le dites si bien, il ne faut pas prendre les genevois pour des imbéciles. SIG est trop important pour que l’on serve à des fins électoralistes.

Commentaires

Pas de fuites pendant le 1er audit ?

Comment ce fait-il alors que le 18 juin Eric Stauffer interpelle la cours des comptes avec des éléments factuels que seuls la direction et le comité d'audit connaissent ???

Serait-ce que l'administrateur membre du MCG qui siège dans l'audit parle un peu trop ?

Écrit par : toto | lundi, 23 septembre 2013

Et la question écrite de Pierre Weiss du 28 juin dernier ?

Comment ce fait-il qu'il connaisse aussi bien le projet, les montants, les partenaires, alors qu'il ne siège pas au Conseil d'administration ni à la Commission de l'énergie et des SI ?

Manifestement, le secret de fonction n'est pas vraiment respecté !

Écrit par : Titi | lundi, 23 septembre 2013

@ titi

Tout simplement parce que moi, mon brave Monsieur, je reflechis Pour le moment, je n'avance ni n'ai avancé aucun chiffre qui ne soit pas du domaine public. Comme le salaire horaire d'Isabelle Chevalley qui n'a pas encore répondu à la question du nombre d'heures qu'elle a travaillé pour SIG ces dernières années. Mais elle et les Genevois le sauront bientôt, grâce à ma question écrite 3726 qui donnera le montant de ses gains. Il suffira alors de diviser par 85 F !

Écrit par : Pierre Weiss | mardi, 24 septembre 2013

Les commentaires sont fermés.